Les coutumes dans la fabrique des droits africains

https://www.lgdj.fr/les-coutumes-dans-la-fabrique-des-droits-africains-9782247211296.html

Dans sa circulaire du 8 novembre 1941, le gouverneur Félix Éboué établit un véritable programme politique pour l’Afrique qui permet d’affirmer que la France libre, devenue un État, eut une politique africaine dès 1941. « L’Afrique doit garder, en le perfectionnant, un droit africain », écrit Éboué dans sa circulaire. En d’autres termes, les coutumes doivent être préservées et évoluer de l’intérieur, plutôt que d’être écrasées. Cette politique ne sera adoptée ni à la conférence de Brazzaville, ni après les indépendances des pays d’Afrique subsaharienne. Aujourd’hui pourtant, des juristes en appellent à reconsidérer le rôle des coutumes et à en saisir le caractère innovant. Une démarche que nous nommerons « l’afropluralisme juridique ».

 

Le Guyanais Félix Éboué, administrateur colonial et premier gouverneur noir de l’empire colonial français en 1936, rejoignit de Gaulle dès juillet 1940. Il joua un rôle fondamental pour la France libre en Afrique.
Florence Renucci est historienne du droit et directrice de recherche CNRS à l’Institut des Mondes africains. Elle est spécialiste des mondes coloniaux et postcoloniaux.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Florence Renucci (12 juillet 2021). Les coutumes dans la fabrique des droits africains. AMAROM. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0fj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.